Tribunal arbitral de la FSE

Jugement du Tribunal arbitral de la FSE: lorsqu’un joueur change un pion en dame en utilisant ses deux mains …

«Si un joueur utilise ses deux mains pour jouer un coup  (en cas de roque, prise ou promotion, par exemple) et appuie sur la pendule, cela sera considéré comme un coup illégal. Pour le premier coup illégal, l’arbitre donnera deux minutes supplémentaires à son adversaire; pour le second coup illégal par le même joueur l’arbitre déclarera la partie perdue par ce joueur.» 

Les articles 7.7.1 et 7.7.2 des règles de la FIDE ne souffrent d’aucune discussion: un coup ne doit être exécuté que d’une seule main. Mais la réalité n’est pas toujours si évidente, comme le montre un jugement du Tribunal arbitral (TA) de la Fédération suisse des échecs (FSE) qui pourrait servir de modèle. Il concerne une partie du Championnat suisse de groupes (CSG) de la dernière saison. Il n’est pas seulement intéressant à cause du différend en question: il touche aussi les compétences arbitrales des deux capitaines d’équipes et la poursuite de la partie sous protêt. 

Voici ce qui s’est incontestablement passé lors d’un match de 2e Ligue régionale de CSG: Le joueur X.Y. a utilisé une main pour le coup de pion e2-e1, puis a posé une dame (qui a remplacé le pion) avec son autre main sur la case e1. Son adversaire a réclamé et le coup a été jugé illégal sans grandes discussions. A la suite de quoi deux minutes ont été ajoutées à la pendule de l’adversaire de X.Y. La position qui a précédé le coup illégal a été remise sur l’échiquier et la pendule de X.Y. a été réenclenchée. 

La façon dont X.Y. a exécuté pour la deuxième fois le coup de promotion – ce qui en réalité n’était même pas nécessaire – a par contre prêté à contestation. Selon son adversaire et le capitaine de l’équipe adverse, X.Y. a déplacé le pion sur e1 avec la main droite, puis il a posé la dame sur la case de promotion avec la main gauche et ôté le pion. Pour sa part, selon le rapport, X.Y. a affirmé qu’il avait pris la dame de la main gauche avant de la passer dans la main droite. Puis il a également pris le pion de la main droite pour le remplacer par la dame (qui se trouvait dans sa main droite). 

Considérant le coup de X.Y illégal, l’adversaire a refusé de poursuivre la partie et a réclamé le gain. Le directeur du CSG, à qui l’adversaire de X.Y. s’est adressé, a approuvé ce point de vue et lui a accordé la victoire, en s’appuyant sur le fait que X.Y. a admis lui-même qu’il avait utilisé pour la deuxième fois les deux mains pour exécuter son coup. L’équipe de X.Y. a recouru contre cette décision auprès du TA. Ce dernier a annulé la décision du directeur du CSG, a donné raison en dernière instance à X.Y. et l’a déclaré vainqueur de la partie.

Vous trouverez l'article complète dans «RSE» 2/18!

On ne doit pas utiliser les deux mains pour promouvoir un pion en dame. Mais selon le dernier jugement du Tribunal arbitral de la FSE, il est permis de passer la dame d’une main vers la main qui a joué le pion et qui va terminer le coup.