Hermann Schmid: 95 ans et nullement fatigué pour les échecs

par Bernard Bovigny

Hermann Schmid: «Je perds bien des parties, mais je gagne des personnes!»

beb - Il est le troisième membre le plus âgé de la Fédération suisse des échecs et clairement le plus actifs des trois joueurs de plus de 95 ans. Il a joué pas moins de 38 parties comptant pour la liste suisse de classement ces trois dernières années. Hermann Schmid, qui a fêté avant-hier son 95e anniversaire, se décrit avec une pointe d’ironie comme un «étudiant d’échecs sénile».

L’habitant de Kreuzlingen, qui joue au Club de Bodan, est venu tard aux échecs. Très tard même. Il avait déjà 80 ans lorsqu’il a été contaminé par le virus des échecs. Il raconte en quelles circonstances à son collègue de club Jürg Morf dans une interview pour le bulletin des échecs seniors en Suisse: «En 2002, je déambulais au Championnat suisse individuel à Leukerbad. J’ai vu les deux Grands Maîtres Yannick Pelletier et Joseph Gallagher à l’échiquier et j’ai été fasciné par l’atmosphère. Lors de la distribution des prix, Vincenz Reichmuth, un joueur du CE Bodan, m’a reconnu comme curé de Kreuzlingen, et il m’a directement inscrit dans la liste du club.

C’est ainsi qu’a débuté la carrière de Hermann Schmid. La même année, il jouait au Weihnachts-Open de Zurich et il participait pour la première fois au CSI en 2003 au tournoi principal III à Silvaplana.

Oui, il est bel et bien prêtre. Après avoir enseigné surtout le latin durant de nombreuses années au gymnase de sa congrégation des Rédemptoristes à Matran, près de Fribourg, le théologien et philologue fut appelé par la paroisse catholique de Kreuzlingen en 1986 comme curé de St. Stefan Emmishofen à Kreuzlingen. Il partit par la suite à Rome, où il travailla comme traducteur à la centrale de l’Ordre des Rédemptoristes, une congrégation qu’il a rejointe depuis sa jeunesse. De Rome, il se rendit plusieurs fois à Leukerbad (Loèche-les-Bains), où il était engagé comme aumônier de la clinique de réhabilitation. C’est là qu’il découvrit sa passion pour les échecs.

Hermann Schmid, qui parle cinq langues et a gravi le Cervin, s’est acheté un livre de théorie de Tigran Petrossian en italien, et a suivi les enseignements de ses collègues de club Marcel Wildi et le MI Edwin Bhend, ancien champion suisse, sur la théorie des ouvertures et la tactique. A 90 ans, il a même repris pour trois ans le capitanat de Bodan IV en CSE.

Dans l’interview réalisée par Jürg Morf, Hermann Schmid cite avec un sourire espiègle sa devise au sujet du roi des jeux: «Je perds bien des parties, mais je gagne des personnes!»

 

Article sur Hermann Schmid dans les «Weinfelder Nachrichten»: http://www.weinfelder-nachrichten.ch/kreuzlingen/detail/article/aeltester-bodan-schachspieler-feiert-seinen-95-geburtstag-00129798/

Hommage à Hermann Schmid sur le site internet du Club d’échecs de Bodan: http://schachclub-bodan.info/nostalgia/HermannSchmid-95.pdf

« Retour